Accueil > Vie quotidienne > Transition écologique > Plan de sobriété énergétique

Plan de sobriété énergétique

La Ville de Chambéry lance son plan de sobriété

Face à la crise climatique et inflationniste, la Ville de Chambéry présente un plan de sobriété volontariste.

Des efforts importants vont être demandés aux Français cet hiver et les pouvoirs publics se doivent d’être exemplaires. Au même moment, le Gouvernement demande aux collectivités d’accélérer et de renforcer les mesures d’économies d’énergie. L’objectif fixé au niveau national est la réduction d’au moins 10% de la consommation énergétique du pays dans les deux prochaines années, le Ville de Chambéry entend apporter toute sa contribution à cet objectif général.

Parmi les premières mesures annoncées à Chambéry, la principale est l’extinction de l’éclairage public en cœur de nuit, depuis le 14 octobre 2022, date de l’événement national du Jour de la Nuit.

Un plan de sobriété décliné en diverses mesures

Le plan de sobriété énergétique de la Ville de Chambéry se décline en différentes mesures, à l'échelle de la ville. Voici les premières engagées par la collectivité :

  • L’extinction de l’éclairage public en cœur de nuit

    La Ville de Chambéry expérimente l’extinction de l’éclairage public de minuit à 5 heures du matin, depuis le 14 octobre 2022. L’extinction est appliquée sur l’ensemble du territoire communal, à l’exception du secteur Curial qui concentre de nombreuses activités nocturnes (théâtre, terrasses, bars de nuit…).

    La Ville envisage cette extinction sous forme d’expérimentation et se laisse donc la possibilité de faire évoluer le dispositif en fonction des retours du terrain. Elle évaluera de manière très régulière les impacts de l’extinction et sera à l’écoute des retours des professionnels et des riverains sur l’impact concret de cette mesure. Il s’agit d’objectiver les remontées et d’adapter, le cas échéant, l’extinction aux réalités du terrain.

    L’ensemble des services municipaux et des partenaires concernés (Grand Chambéry, Synchro bus, Mobilier urbain JCDecaux, police…) ont été associés en amont pour mettre en place cette mesure. Cette mesure n’affecte pas le bon fonctionnement du centre de supervision urbain qui dispose déjà d’outils de vidéo protection adaptés à l’extinction de l’éclairage.

    Après une première semaine d’expérimentation, un espace en ligne sera ouvert sur notre plateforme participative « participons.chambery.fr » afin de recueillir les observations et remarques des habitants et acteurs du territoire.

    Un impact réel et direct sur les économies d’énergie et les dépenses de la Ville

    Cette mesure d’extinction de l’éclairage public a un impact réel sur les économies d’énergie de la Ville et ses finances. L’éclairage public représente en effet 40% de la consommation d’électricité de la Ville. Notre expérimentation de l’extinction en cœur de nuit permettra ainsi de réaliser une économie allant jusqu’à 40% des kWh consommés pour l’éclairage public.

    Cette réduction de la consommation sera évidemment synonyme de réduction de la facture d’électricité, pour amortir l’impact budgétaire des très fortes augmentations des prix de l’énergie. Celle-ci sera d’autant plus importante que les prix au kWh augmenteront.

  • Mieux connaître notre consommation pour la maîtriser

    Dans le but d’expertiser sa consommation énergétique, la Ville a recruté dès novembre 2021 un ingénieur spécialiste des énergies. Par une vision globale, son travail est un atout pour la gestion de l’énergie et pour la professionnalisation de tous nos agents qui agissent sur ce domaine. Par exemple, des fuites invisibles ont été résolues grâce à la modernisation du réseau d’eau, nous économisons 50 mètres cubes par jour !

  • La rénovation thermique des bâtiments municipaux

    La municipalité a souhaité s’engager dans des travaux de rénovation énergétique de ses bâtiments. Dès 2021 est voté un programme de rénovation thermique : il constitue le plus important programme d’investissement de la Ville, évalué à 16 millions d’euros.

    Dans sa première phase, le programme de rénovation prévoit la réalisation de diagnostics thermiques de 16 bâtiments municipaux, parmi les plus énergivores. Ils concernent tous les quartiers et toutes les politiques publiques de la Ville.

    8 bâtiments parmi les 16 ont fait l’objet d’études d’avant-projet, qui permettent de définir les travaux à réaliser dans les mois et années à venir :

    • centre de congrès Le Manège,
    • bâtiment Paul Bert,
    • site Jean Rostand,
    • école élémentaire de Chambéry le vieux,
    • gymnases Boutron et Benoit Chamoux,
    • école élémentaire du Biollay,
    • école Jean Jaurès,
    • école Haut Maché.
  • Modulation de la température de chauffe des bâtiments municipaux

    Pour contrôler les températures réelles dans les bâtiments municipaux et ainsi mieux ajuster le chauffage à la réalité des besoins, la Ville va déployer plus de de 200 sondes (capteurs thermiques).

    Dans nos bâtiments, nous entamons un processus de modulation de la température de consigne pour le chauffage selon les usages réels. Nous baisserons de 1° à 2° les températures de chauffe. L’économie possible est évaluée entre 3% à 7% par degré.

  • La modernisation de l’éclairage public

    386 luminaires ont été changés en 2021, permettant l’économie d’environ 60 % d’énergie par point lumineux. D’autres le seront bientôt avec une fréquence annuelle d’environ 400 points lumineux.

    En 10 ans, le remplacement de 4 200 points lumineux - sur un total d’environ 10 100 - par des luminaires à LED a permis une économie globale de 60 % d’énergie. La puissance de l’éclairage a été réduite de 50 % dans certains secteurs de 22h à 5h du matin.

  • Optimisation des ressources dans le fonctionnement interne de l’administration

    Dans le fonctionnement même de ses services, la Ville cherche à limiter l’utilisation d’énergie. L’éclairage des bureaux est en grande partie assuré par de l’éclairage LED, mis en place au fur et à mesure de la réfection de locaux.

    Par le développement de la flotte de véhicules électriques, la réduction de la taille des véhicules et la mise à disposition de vélos pour le personnel, la Ville veille à limiter l’impact de ses déplacements.

    Un plan de limitation des besoins de stockage informatique est également en train d’être mis en place. L’espace gagné sur les serveurs participe au travail d’économies d’énergie.

  • Augmentation du recours aux énergies renouvelables dans le réseau de chaleur urbaine

    Au-delà des efforts de sobriété, le recours aux énergies renouvelables permet de limiter le recours aux énergies fossiles. Parmi ses principaux atouts, la Ville de Chambéry peut compter sur un réseau de chauffage urbain de qualité, qui est le 5ème réseau français par sa taille.

    À ce jour, le réseau est alimenté par 70% d’énergie renouvelable et de récupération, dont une part (30% du total) provient de la récupération de chaleur auprès de l’usine de traitement des déchets (UVE). En 2021, la municipalité a défendu et voté un projet d’investissement visant à augmenter la part de chaleur récupérée auprès de l’UVE, qui sera mis en service dès décembre 2022.

    Dès cette date, la part d’énergies renouvelables et de récupération du mix énergétique du chauffage urbain passera donc à 80%, diminuant d’autant le recours au gaz. Cela profitera au 27500 équivalent logements raccordés au réseau, incluant la collectivité elle-même qui compte environ une soixantaine de ses bâtiments raccordés au réseau. La qualité du mix énergétique du réseau permet d’amortir l’augmentation des prix de l’énergie en limitant notamment l’exposition des abonnées – particuliers, industries, collectivités locales – à la volatilité des prix du gaz.