> > > Expression des élus

Expression des élus

Les textes publiés dans cette rubrique le sont sous l'entière responsabilité de leurs auteurs.

Groupe majoritaire

Chambéry magazine n°138 : été 2019

Les travaux de construction du parking Ravet ont commencé et nous nous en réjouissons pour notre ville et ses évolutions futures.

Vous nous avez élus sur la base d’un programme dont faisait partie la construction de ce parking : il n’était donc pas question de fuir nos responsabilités devant une opposition phagocytée par nos opposants politiques, pour laquelle le recours à la justice est devenu le moyen privilégié pour retarder des projets très attendus des Chambériens. Ce projet est leur unique et dernier cheval de bataille, faute de n’avoir su transformer d’autres angoisses isolées en controverses crédibles.

Jusqu’alors, seuls les qualificatifs négatifs répétés par nos opposants pour parler de ce parking, dont eux-mêmes reconnaissent la nécessité, et destinés à alimenter vos peurs ont été entendus. Il est donc tout à fait naturel que celui-ci ait pu susciter des craintes. Ce projet est le fruit d’un long travail de réflexion et d’études poussées avec de nombreux spécialistes, afin qu’il réponde au mieux à vos besoins actuels et aux besoins futurs de notre ville.

Avec ses façades en verre translucide et son allure résolument moderne, ce parking de 22 mètres de hauteur s’intégrera parfaitement au patrimoine architectural de ce secteur, nous pouvons pour cela faire confiance aux architectes missionnés sur le projet. Ceux-ci ont d’ailleurs étudié sa morphologie, de façon à ce qu’une perspective sur la montagne depuis la rue de Boigne puisse être conservée.

L’édifice sera surplombé d’un belvédère et d’un toit végétalisé accessible à tous qui offrira une vue panoramique sur notre centre historique.

Avec Ravet et ses 500 places, chaque entrée de ville sera désormais pourvue en parking. En plus de pallier au manque criant de places de stationnement dans votre secteur, celui-ci contribuera au désengorgement de notre hyper-centre en favorisant le report modal. Par ailleurs, toujours dans un souci d’encourager l’usage de modes doux et de renforcer l’intermodalité, ce parking disposera également d’un garage à vélos d’environ 70 places.

Avec ce parking, c’est tout votre quartier qui se verra apaisé avec la création de sites propres avenue des Ducs et quai Charles Ravet et de voies cyclables sécurisées notamment.

Avec ce parking, l’accès au Faubourg Nézin sera facilité et plus sécurisé pour les piétons.

Enfin, avec ce parking, nous contribuions au dynamisme de notre centre-ville en permettant aux visiteurs de notre ville de se garer de façon sécurisée à deux pas de la place des Éléphants.

Il est regrettable que les opposants à ce projet de parking ne placent pas les intérêts des Chambériens au cœur de leurs préoccupations. Contrairement à nous, ils n’ont toutefois pas cette responsabilité. Soyez assurés de notre volonté de continuer d’œuvrer chaque jour pour que chaque projet que nous menons réponde à vos intérêts et à vos attentes afin de faire de Chambéry une ville toujours plus agréable à vivre.

Pour rappel, les objectifs du parking en cours de construction sont :

  • Réduire la part de voiture en ville,
  • Permettre l’aménagement de l’avenue des Ducs,
  • Bus en sites propres,
  • Créer des pistes cyclables sécurisées, pour finir la jonction entre la piste nord et la piste sud,
  • Cheminements piétons paysagés,
  • Utiliser ce tènement sans y faire vivre des habitants collés à la voie ferrée (les décisions de la précédente majorité en montrent les limites et l’idiotie),
  • Combler le manque de stationnement. Les ménages chambériens comme tous les autres, ont pour la plupart une ou deux voitures quand bien même ils font la grande majorité de leurs déplacements en mode doux,
  • Compléter l’offre de stationnement en ceinture concentrique pour qu’à chaque usage corresponde une solution de stationnement et un report modal,
  • Offrir du stationnement sécurisé pour 70 vélos,
  • Améliorer la desserte piétonne et les cheminements en mode doux du quartier,
  • S’intégrer dans le paysage en lieu et place d’un immeuble vétuste et squatté. Ce bâtiment sera pourvu de parois de verre translucide et son toit sera arboré. Si la hauteur fait débat c’est oublier qu’il ne fera que 22 mètres de haut, soit moins que les immeubles en proximité immédiate et oublier que les opposants du jour défendaient hier encore un projet de 40 mètres de haut,
  • Offrir, par la création d’un belvédère jouxtant le parking, une vue panoramique sur notre centre historique aux visiteurs de notre Ville,
  • Conforter le dynamisme de notre centre-ville sans en grever sa qualité de vie.

M. Dantin, J. Beaud, B. Perrotton, S. Koska, A. Chassot, F. Bovier-Lapierre, P. Perez, M. Jeandet, P. Bard, A. Turnar, W. Sartori, JC. Davoine, N. Colin-Cocchi, B. Leger, D. Julien, P. Roulet, X. Dullin, D. Bourida, M. Hamadi, C. Dioux, D. Saint-Pierre, MJ. Dussauge, D. Mornand, AM. Bincaz, C. Papegay, C. Legiot, S. Nicolosi, P. Artigues, R. Caffaratti, I. Rousseau, MC. Martin, P. Bretagnolle, L. Vachez, D. Varon, E. Borson.

Groupe minoritaire

La loi impose aux agglomérations d’établir un plan d’urbanisme « intercommunal ». Grand Chambéry a choisi d’ajouter à l’obligation les volets « habitat » et « déplacements ». Ce document sera voté en décembre 2019. D’ici là, l’enquête publique ouvre entre du 17 juin au 8 août : on peut trouver facilement une meilleure période pour l’expression démocratique des citoyens.

Le PLUi-HD doit être compatible avec le Schéma de cohérence territoriale (SCoT) qui lui est opposable et prime sur lui. Or, le SCoT est en cours d’élaboration et ne sera terminé qu’en 2020, puis voté. Une fois encore, tout est fait à l’envers.

Le Plan de déplacements urbains (PDU) de 2004 avait pour objectif de limiter les déplacements en voiture à leur valeur absolue de 2004, toute croissance des circulations devant être absorbée par des mobilités alternatives (marche, vélo, transports en commun). Aujourd’hui, le volet Déplacements ne fixe aucun objectif chiffré (nombre de déplacements, distances des déplacements, émission de polluants, part des différents modes de déplacements en 2020) avec un objectif 2035 et des jalons 2025 et 2030. C’est en fait le recueil de nombreuses bonnes intentions, mais sans aucun programme de mise en œuvre. Avec ces vagues indications, il sera possible de faire tout et son contraire.

Aujourd’hui, rien n’est sérieusement envisagé pour remédier aux problèmes récurrents de congestion de la circulation sur les axes Cognin-Hôpital-Caffe-Monge-Barberaz et sur les secteurs de la Cassine, de l’avenue des Ducs, du Grand Verger…

L’offre de déplacement par les mobilités douces dans l’agglomération est une solution à apporter à tous, quelles que soient les générations. Actuellement, les transports en commun ne desservent plus de nombreux secteurs, imposent des correspondances avec une marche peu commode, le covoiturage n’en est qu’à ses balbutiements et la traversée cyclable de Chambéry est toujours incomplète. Grand Chambéry accuse aujourd’hui un retard en matière de mobilités. Cela freine la redynamisation du centre-ville de Chambéry, pourtant vitale pour garantir l’attractivité du bassin de vie et proposer à ses habitants une offre qualitative de biens et services dans un cadre apaisé.

Ajoutons les actuels travaux d’extension de la gare routière sur l’ensemble des parkings autour du bureau de poste : le temporaire semble bien devenir définitif. Nous déplorons cette hérésie d’éloigner encore les cars interurbains de la gare de fait moins en moins multimodale, et d’empêcher la reconquête de ces espaces par le parc du Verney après l’opportunité ratée, il y a quelques mois, de racheter le bâtiment de La Poste pour en maitriser le foncier et le devenir.

Si nous pensons qu’il faut optimiser l’espace constructible en ville, nous sommes attachés à une densification vivable et à une présence accrue de la nature en ville. Il est donc regrettable que l’agglomération ne se dote pas de règles d’urbanisme plus précises en ce sens. Il est nécessaire de définir des zones clairement préservées de toute urbanisation (comme les espaces naturels du bas de Bellevue) pour éviter la bétonisation excessive que l’on peut déjà constater dans le secteur de Mérande où vont encore être construites deux tours, l’une de 7 et l’autre de 10 étages le long de l’avenue Desfrançois. Sans parler du parking en silo de 7 étages de voitures qu’on nous annonce quai Ravet !

Enfin, les élus majoritaires de l’agglomération ont fait le choix de recentrer les constructions immobilières dans Chambéry. Cela va accentuer les difficultés de circulation et de stationnement et s’éloigne d’une vision équilibrée de densification vivable. Nous sommes nombreux à nous interroger sur l’objectif affiché par les élus de Grand Chambéry d’une augmentation de la population de l’agglomération de 23 500 habitants d’ici à 2030 car, il manque une réflexion ambitieuse et solide pour accompagner cet objectif et faire face aux problématiques de circulations et de transports ; surtout avec la méthode du passage en force développée depuis le depuis du mandat…

B. Laclais, JP. Ruffier, F. Marchand, H. Dupassieux, JB. Cerino, C. Levrot-Virot, G. Fajeau, A. Caprioglio-Hisler, A. Caraco, C. Mourier.