Accueil > La Mairie > Les élu.es > Expression des élu.es

Expression des élu.es

Dernière mise à jour le lundi 1 février 2021

Les textes publiés dans cette rubrique le sont sous l'entière responsabilité de leurs auteurs.

Extrait du journal Chambéry Magazine n°143 - Hiver 2021

Groupe majoritaire

Mobilisé·es à vos côtés, au quotidien et pour construire l’avenir de Chambéry

Sur le front de la campagne de vaccination. La deuxième vague du virus a fortement touché notre territoire. Le nombre de contaminations a atteint un niveau inédit. C’est pourquoi nous accueillons avec soulagement les débuts de la campagne de vaccination. A la demande de l’Etat et en partenariat avec le Centre Hospitalier Métropole Savoie, la Ville de Chambéry a mis en place un centre de vaccination au Centre de Congrès du Manège. Il a été mis sur pied en seulement quelques jours grâce à la mobilisation et à l’efficacité exceptionnelle des services de la Ville.

La Ville prend donc toute sa part dans cet effort collectif. Nous sommes fiers que Chambéry joue son rôle de chef-lieu de département et de ville centre de l’agglomération. Les doses livrées chaque jour par l’Etat sont malheureusement limitées. 600 personnes ont été vaccinées la première semaine. Si des doses de vaccin supplémentaires viennent à arriver, nous sommes prêts à mettre tous les moyens nécessaires pour élargir la vaccination.

A Chambéry comme ailleurs, nous voyons combien les collectivités sont utiles au bon déroulé de la vaccination : toujours en proximité grâce à une connaissance fine du territoire.

Préparer la relance et préserver le lien social. Malgré une situation sanitaire toujours incertaine et une crise économique sans précédent, nous souhaitons que 2021 soit une année de relance pour Chambéry. Nous continuerons à accompagner nos commerces durement touchés par la crise. L’accent sera mis sur l’insertion professionnelle dans les quartiers populaires notamment, pour aider les jeunes à trouver un emploi. Nous nous réjouissons de l’aboutissement du projet de Mallette pour l’Emploi développé par les Conseils Citoyens. La vie associative, ciment du lien social, sera davantage soutenue – y compris financièrement.

Avec la priorité donnée à l’éducation, nous réalisons un investissement pour l’avenir. Grace aux ATSEM recrutées, les conditions d’apprentissage seront meilleures. Grace à la rénovation et la végétalisation des cours d’écoles, nos enfants grandiront dans un environnement plus sain. Grace à l’amplification du programme artistique dans les écoles élémentaires, la culture et les arts seront plus accessibles. L’école est un service public essentiel : nous avons choisi d’y mettre les moyens nécessaires.

Cette crise nous recentre sur ce qui est essentiel : le bien être des habitants au quotidien. Dans le respect des règles sanitaires, nous poursuivrons notre travail de proximité et d’échange avec eux dans chaque quartier, comme au Biollay où nous proposons un nouveau marché. Les Etats Généraux de la Démocratie Locale débuteront au printemps. Nous attendons beaucoup de ce grand temps d’échange avec vous, un temps pour fixer ensemble les conditions du débat citoyen. Nous souhaitons que la démocratie vive chaque jour, pas uniquement entre les quatre murs de la salle du conseil municipal. Pour cela nous avons besoin de vous, nous comptons sur vous ! La gestion de la crise sanitaire ne fait pas exception : là aussi nous travaillons en transparence et en proximité. C’est pourquoi nous nous réjouissons des nombreuses candidatures au Comité de Liaison Citoyen Covid, une instance pour échanger sur l’action de la Ville pendant la crise sanitaire.

Malgré les urgences, élus et services préparent les projets de demain et se mettent en ordre de marche sur des enjeux trop longtemps négligés, tout en améliorant les projets déjà lancés. Pendant ces premiers mois de mandat, notre majorité s’est ainsi pleinement investie sur le dossier de la reconstruction du stade municipal. Le projet a généré du débat : cela est sain, nous n’en rougissons pas. L’équipe précédente avait malencontreusement oublié de prévoir son financement : nous nous sommes mobilisés sans relâche auprès de nos partenaires pour atteindre un taux de subvention inédit permettant de ne pas hypothéquer la capacité d’investissement de la ville. Nous regrettons la précipitation de l’équipe sortante : le stade aurait dû être un projet concerté, co-construit avec les habitants et développé à l’échelle de l’agglomération.

La démocratie locale par les actes. Nous avons toujours dit notre volonté de travailler de manière constructive avec la minorité. Lors du dernier conseil municipal, le vote du règlement intérieur est venu matérialiser ces engagements avec de nombreux droits et possibilités d’expression supplémentaires. Nous avons d’ailleurs construit ce règlement en concertation avec la minorité. Possibilité de déposer des délibérations, co-présidence de deux commissions municipales, droit d’expression équitable dans le magazine municipal : tout cela est inédit à Chambéry. Jamais la minorité n’aura eu autant de moyens à sa disposition pour jouer son rôle de manière constructive. Nous ne doutons pas un instant qu’elle saura se saisir de cette démocratie nouvelle.

Élus, habitants, agents : construisons ensemble la ville de demain !

Thierry Repentin, Aurélie Le Meur, Martin Noblecourt, Christelle Favetta Sieyes, Jimmy Bâabâa, Claire Plateaux, Jean-Pierre Casazza, Raphaële Mouric, Jean-François Beccu, Sophie Bourgade, Daniel Bouchet, Isabelle Dunod, Gaëtan Pauchet, Lydie Mateo, Claudine Bonilla, Florence Bourgeois, Farid Rezzak, Benjamin Louis, Cyndie Picot, Marielle Thiévenaz, Dominique Loctin, Micheline Myard-Dalmais, Michel Camoz, Alain Caraco, Jean Ruez, Pierre Brun, Françoise Rahard, Salim Bouziane, Philippe Vuillermet, Jean-Benoît Cerino, Marianne Bourou, Sara Rotelli, Sabrina Haerinck, Mathieu Le Gagneux, Marie Bénévise

Groupe minoritaire

7 mois aux affaires et le ton est donné. Simulacre de concertation, gabegie d’argent public, mépris des instances, dans une équipe où ceux qui se sont réellement engagés pour le bien commun doivent avoir, comme nous, bien du mal à trouver de la cohérence dans le duo de circonstance Repentin/Lemeur.

Chambéry a déjà perdu le dynamisme qu’elle avait retrouvé. Il fallait sans douter, la Covid accélérant l’érosion de leur inaction.

Alors que la crise sanitaire devrait obliger les élus à redoubler d’efforts sur tous les plans pour y faire face, à Chambéry il en est tout autre :

La ville devrait être aux côtés de ses commerçants, de ses artisans et de ses entreprises, mais le Maire réclame le paiement des droits de terrasse aux restaurateurs fermés depuis des mois. Il faut bien payer les augmentations que la majorité s’est octroyée.
L’économie n’intéresse pas vraiment la Mairie de Chambéry.

La ville devrait s’engager pour la transition écologique mais le Maire de Chambéry a, dès son arrivée, fait cesser le chantier du bassin de stockage et de restitution des eaux d’orages nécessaire à la dépollution des eaux usées. Sans la mobilisation des élus de la minorité ce dernier serait toujours à l’arrêt.
L’écologie n’intéresse pas vraiment la Mairie de Chambéry.

La ville devrait assurer la qualité du service qu’elle offre à ses habitants. Mais la majorité est désorganisée, amatrice, et incapable de donner un cap à ses services. Les agents de la collectivité se voient marginalisés et ils sont nombreux à quitter la ville devant le manque d’ambition et la désorganisation de la nouvelle équipe.
Être au service des habitants n’intéresse pas vraiment la mairie de Chambéry.

La ville devrait chercher à impliquer le plus grand nombre dans ses décisions. Mais dès la première concertation, tout le monde a bien compris que c’était une mascarade. Pire encore, le calendrier annoncé des conseils municipaux se réduit à 5 ou 6 par an. Le conseil municipal est l’instance où la municipalité vote, lance les projets, mais surtout, rend des comptes à sa population. Les réduire ainsi atteste du ralentissement des actions de la ville et surtout du refus du débat public, de l’expression de notre démocratie.
La démocratie n’intéresse pas vraiment la mairie de Chambéry.

La ville devrait être proche de ses habitants. Mais nombreux sont les habitants qui viennent nous voir, nous disant qu’ils n’ont à ce jour toujours pas eu de réponse à leur sollicitation, leur courrier ou leur interpellation. Nous l’avons nous-mêmes constaté puisque le Maire n’a toujours pas répondu aux courriers que nous lui avons adressés il y a 7 mois.
La proximité n’intéresse pas vraiment la mairie de Chambéry.

La ville devrait être unie face à l’ampleur des enjeux qui attendent notre territoire. Or dès les premières semaines, les tensions au sein de l’équipe Repentin/Le Meur faisaient dérailler la majorité au point de présenter des projets à bulletin secret pour tenter de dissimuler les fractures internes. Ce fut le cas pour le stade municipal, dont les travaux ont heureusement pu être lancés grâce aux voix de notre équipe d’opposition.
L’unité pour l’intérêt de notre ville n’intéresse pas vraiment la mairie de Chambéry.

La ville devrait assurer la tranquillité de ses habitants. Mais aujourd’hui, le nom de Chambéry ne figure plus dans les bons classements de la presse nationale mais dans les seules rubriques de faits divers. Du jamais vu, puisqu’il n’y a eu pas moins de 3 incendies d’écoles depuis le début du mandat. Lourd de symboles pour une gauche qui a menti à notre jeunesse et l’a déçue dès son élection.
La sécurité et l’éducation n’intéresse pas vraiment la mairie de Chambéry.

La ville devrait conserver la bonne gestion de l’argent public si rare et si utile au soutien des populations. Mais la majorité a bloqué les chantiers de Ravet et du Stade et engendré des coûts d’immobilisation importants. Tout ça pour finalement les reprendre quelques semaines plus tard sans surprendre personne tant nous savions qu’il ne s’agissait que de communication politique. Une communication à plusieurs centaines de milliers d’euros.
Le bon usage de l’argent public n’intéresse pas vraiment la mairie de Chambéry.

Mais qu’ont-ils fait alors depuis 7 mois ? Les seules actions ont été l’augmentation de leurs indemnités et la scandaleuse prise en charge par la ville des frais de garde des enfants d’élus en plus de leur indemnité !
L’enrichissement de sa majorité intéresse en revanche vraiment la mairie de Chambéry.

Alexandra Turnar, Sandrine Garçin, Sylvie Koska, Aloïs Chassot, Laïla Karoui, Walter Sartori, Nathalie Colin-Cocchi, Philippe Cordier, Isabelle Rousseau, Benoit Perrotton