> > > Expression des élus

Expression des élus

Les textes publiés dans cette rubrique le sont sous l'entière responsabilité de leurs auteurs.

Groupe majoritaire

Chambéry magazine n°136 : hiver 2018

Six ans de réalisations pour bâtir ensemble un Chambéry plus attrayant

A Chambéry, il y a ceux qui disent que les grands projets se préparent sur plusieurs mandats. Et il y a ceux qui agissent, sans attendre que les années passent. Alors que l’année 2018 qui s’achève aura été particulièrement riche pour notre ville, 2019 marquera un tournant décisif pour l’ensemble des chambériens. C’est en effet au cours des prochains mois que de nombreux grands projets se concrétiseront, améliorant significativement le quotidien de nos habitants.

Un Pôle d’échange multimodal moderne et fonctionnel

Chambéry, 4ème ville la plus importante de la région en termes de trafic, sera enfin dotée de la gare qu’elle mérite. Plus de 1000 m² de hall et 2000 m² de bureaux, une vélostation de 500 places, un parvis végétalisé avec 28 arbres et 850 plantes… Ce PEM a été pensé pour s’insérer pleinement dans notre ville. Et chacun peut le constater : les travaux avancent à grande vitesse ! La livraison est prévue pour la rentrée 2019.

La Cassine, une pépite au coeur de l’agglomération

Idéalement situé entre la gare et la VRU, ce quartier porte de grandes ambitions : celles d’accueillir plus de 100.000 m² de bureaux de grandes entreprises, plus de 250 nouveaux logements et de créer un lieu de vie animé avec des commerces de proximité. La preuve du succès de ce projet : plus de 25% des locaux à vocation économique ont d’ores et déjà trouvé preneurs ou ont été optionnés. Les premiers bâtiments sortiront de terre dès l’an prochain.

Vetrotex, un éco-quartier innovant et durable

Au coeur du secteur centre nord qui sera totalement repensé, Vetrotex fait la part belle à la végétation urbaine insérée autour des 780 logements prévus. Ce nouveau quartier à proximité immédiate du coeur de ville permettra de répondre à la demande grandissante en matière de logement sur notre commune. La résidence séniors et 55 logements, dont les travaux ont déjà commencé, verront le jour dès 2019.

Un nouveau stade municipal

La vétusté - et donc l’homologation - du stade municipal constituait un obstacle à la montée de nos équipes locales. Le stade sera donc reconstruit à partir de la rentrée 2019 pour que ces dernières bénéficient d’infrastructures dignes du haut niveau.

La future piscine aqualudique

Elle était attendue depuis de bien trop nombreuses années, nous l’avons concrétisé : la piscine du stade verra enfin le jour à l’automne 2019. Cet équipement permettra d’offrir en toutes saisons une offre complète aux usagers particuliers, scolaires ou aux clubs. Sa mise en service marquera le lancement des travaux de la piscine de Buisson Rond, afin de remettre à niveau ce site vétuste. Ainsi en 2020, l’ensemble de l’offre aquatique de la ville et de l’agglomération sera remise à neuf.

Rubanox, un centre ludique

Pour accompagner la dynamique du secteur, les anciennes Halles Rubanox feront l’objet d’une reconversion pour devenir un centre tourné vers la pratique de loisirs. Avec les réalisations du stade et de la piscine aqualudique, le secteur connaitra dans son ensemble un attrait jamais atteint jusqu’alors.

L’Espace Malraux, une remise à niveau nécessaire

Cette entité majeure du paysage culturel de notre département permettra, une fois remise à niveau, d’accueillir de nouveaux spectacles et d’offrir une bien meilleure expérience à ses nombreux usagers. Son inauguration est d’ores et déjà prévue pour le mois de décembre 2019, avec la présence notable des frères Capuçon.

Un nouveau réseau de bus conforme aux attentes exprimées par les usagers

Le réseau de bus connaitra à la rentrée 2019 une sensible amélioration de l’offre proposée sur Chambéry : services de soirée, correspondance avec les horaires des trains le dimanche, meilleure desserte des zones d’activité et du sud de l’agglomération, modernisation des outils d’informations…
A l’occasion de ses 40 ans, le Stac s’offre une seconde jeunesse.

Mieux vaut agir une fois avec les mains que de regarder mille fois avec les yeux. Car à attendre l’herbe qui pousse, le boeuf bien souvent meurt de faim.

La quasi-totalité des équipements publics bénéficieront donc durant l’année 2019 d’améliorations importantes, et un quart de la ville sera aménagé pour offrir aux chambériens une bien meilleure qualité de vie. Une dynamique jamais observée jusqu’alors à Chambéry.
Et pourtant, certains tentent encore d’ignorer l’évolution actuelle de la ville. Nous n’avons toutefois guère de doute : s’ils déclarent aujourd’hui que les grands projets se préparent sur plusieurs mandats, ce seront les mêmes qui demain, lors des prochaines élections, prétendront pouvoir transformer notre ville en quelques mois seulement.

Nos visions pour le devenir de notre ville au coeur du sillon alpin divergent, c’est un fait. Mais chacun pourra le constater : la transformation de Chambéry est en route, avec l’objectif clairement fixé d’améliorer la vie de chacun de ses habitants.

M. Dantin, J. Beaud, B. Perrotton, S. Koska, A. Chassot, F. Bovier-Lapierre, P. Perez, M. Jeandet, P. Bard, A. Turnar, W. Sartori, JC. Davoine, N. Colin-Cocchi, B. Leger, D. Julien, P. Roulet, X. Dullin, D. Bourida, M. Hamadi, C. Dioux, D. Saint-Pierre, MJ. Dussauge, D. Mornand, AM. Bincaz, C. Papegay, C. Legiot, S. Nicolosi, P. Artigues, R. Caffaratti, I. Rousseau, MC. Martin, P. Bretagnolle, L. Vachez, D. Varon, E. Borson.

Groupe minoritaire

Déplacements : une politique en trompe-l’oeil

Lors du Conseil municipal du 22 novembre 2018, le Maire a présenté un projet d’acquisition d’un véhicule à hydrogène en expliquant que nous allions changer d’ère. Rien de moins !

Ce projet est symptomatique de la méthode municipale actuelle. En effet, il convient d’abord de rappeler qu’une telle voiture est avant tout un véhicule électrique dont une pile à hydrogène remplace la batterie. Il faut donc produire de l’électricité, puis la transformer en hydrogène, soit en brûlant des hydrocarbures, soit par électrolyse avec une perte d’énergie pouvant atteindre 80%.

Tout comme le vélo à hydrogène et la « route solaire », que la Majorité utilisent largement pour communiquer, la voiture à hydrogène est donc un dispositif expérimental et non une solution applicable ici et maintenant.

S’il faut, bien sûr, encourager l’innovation technologique et l’expérimentation, cela ne suffit pas à faire une politique de transition écologique.

Plus grave, cela risque bien de masquer l’absence de politique… par un énième coup de com’. La Majorité déclare vouloir développer tous les modes de déplacement - c’est urgent en effet - sans en privilégier aucun… : c’est admettre, en creux, le manque d’ambition pour le développement de transports urbains publics ou alternatifs. Même avec une pile à hydrogène, la question de la place de la voiture en ville - qu’elle roule ou stationne - est fondamentale pour notre qualité de vie, mais la Municipalité actuelle n’y répond pas, faute de choix clairs.

Ainsi communique-t-elle sur l’innovation technologique et remet à demain les vraies décisions. Prenons l’avenue des Ducs de Savoie : les bus restent englués dans la circulation générale, alors que la réalisation d’une voie réservée, dans les deux sens, est une condition de l’efficacité du réseau, bricolé avec précipitation en 2016. Ces voies pour les bus sont reportées à un prochain mandat… De la même façon, après avoir supprimé la liaison directe entre Chambéry et le centre du Bourget-du-Lac, une solution est promise, encore pour un prochain mandat… « Les promesses n’engagent pas que ceux qui les reçoivent » fanfaronnait la Municipalité lors de son bilan de mi-mandat, sauf qu’on ne voit rien venir. Résultat : contrairement à ce qui est annoncé, la fréquentation globale du réseau ne progresse plus depuis 2014.

En revanche, la Majorité n’attendra pas un éventuel prochain mandat pour mettre en place un nouveau réseau de bus, en septembre 2019, avec des fréquences réduites sur les lignes chrono et encore moins de liaisons directes entre les communes périphériques et le centre de Chambéry : tout changer pour dégrader le service, en somme !

Et la future gare ? On l’appelle « Pôle d’échanges multimodal » car elle doit être un lieu de connexion facile entre tous les moyens de transports. Or, faute d’un centre unique d’échanges des bus, les correspondances sont difficiles et deux des quatre lignes chrono n’y passent pas.

On peut, aussi, légitimement s’inquiéter de voir les cars interurbains rester dans le Verney, où la Municipalité a laissé passer l’opportunité d’acquérir le bâtiment de La Poste pour, le moment propice venu, favoriser la liaison avec le futur quartier Vétrotex et agrandir encore le parc.

En effet, une politique municipale de transition écologique c’est, notamment, veiller à préserver et promouvoir de grands espaces naturels en ville.

Ajoutons - et gardons à l’esprit - les déclarations du Maire s’opposant au passage de la ligne nouvelle Lyon-Turin par Chambéry, rendant ainsi un bien mauvais service au dynamisme et à la centralité de notre ville, capitale de la Savoie, et interrogeant à nouveau sur le réel caractère multimodal de la future gare.

Enfin, parlons de la future crèche qui doit remplacer « La Farandole ». Elle sera située dans un des immeubles qui se construit au coeur de Mérande, sans qu’ait été prévu un chemin sécurisé et confortable pour les parents et leurs enfants en poussette. Leur faudra-t-il traverser le centre-ville, l’avenue des Ducs de Savoie et le pont des Amours, un des secteurs les plus congestionnés de notre ville ?

Au final, la suppression du maillage de proximité pour les habitants et le regroupement des enfants dans de grandes crèches, plus éloignées, empêcheront beaucoup de familles de venir à pieds… Une politique de transformation sociale et écologique devrait au contraire s’appuyer sur la proximité et la facilité d’accès aux services publics.

Ces quelques exemples illustrent ce que nous disons depuis plusieurs années maintenant : l’actuelle Municipalité mène une politique en trompe-l’oeil : beaucoup de com’ pour masquer l’improvisation et peu de transparence sur ses intentions réelles.

B. Laclais, JP. Ruffier, F. Marchand, H. Dupassieux, JB. Cerino, C. Levrot-Virot, G. Fajeau, A. Caprioglio-Hisler, A. Caraco, C. Mourier.