Pour maintenir le service d'information aux habitants, la ville de Chambéry et l'agglomération de Grand Chambéry élaborent une lettre d'information leur permettant d'être informés régulièrement des services publics mis en place ou adaptés.

Inscrivez-vous afin de recevoir un courriel en fonction de l'évolution de l'épidémie de Coronavirus.

Je m'inscris

Archives en ligne !

Informations relatives au coronavirus

En raison des mesures nationales prises actuellement pour limiter la propagation du coronavirus, la Ville de Chambéry met tout en oeuvre pour assurer la continuité des services publics essentiels et pour en informer les habitants.

Retrouvez toutes les informations actualisées 

Informations relatives au coronavirus

  • Fermeture de la salle de lecture jusqu'à nouvel ordre
  •  Pour toute recherche merci d'adresser vos demandes à : archives.municipales@mairie-chambery.fr 

En savoir plus sur les mesures prises par la Ville de Chambéry 

Vous trouverez dans cette rubrique une sélection de quelques archives conservées par nos soins. N'oubliez pas de voir aussi la rubrique expositions virtuelles, en cliquant ici.

Retour à l'accueil


>1902 : Chambéry soutient la Martinique

Voici le programme de la représentation donnée "au bénéfice des victimes de la catastrophe de la Martinique" le 12 juin 1902. La catastrophe en question n'est autre que l'éruption de la montagne Pelée, survenue un mois plus tôt, en mai 1902, qui détruisit la ville de Saint-Pierre. En faisant plus de 30 000 victimes, cette catastrophe marqua les esprits, et des milliers d'habitants des zones périphériques évacués furent aidés par un mouvement solidaire organisé par le ministère des colonies.

 

Voir l'image en grand

> La place du Centenaire dans les années 1960

Sur la première vue, on aperçoit les halles et l'église Notre-Dame à l'arrière plan ; à droite, l'épicerie "l'Etoile des Alpes". La statue de la Sasson n'est pas encore revenue (elle est replacée en 1982) et les platanes ne sont pas encore plantés. (cote : 163WNC)

Voir l'image en grand

Sur la seconde vue, on découvre le faubourg Reclus et la rue Sommeiller. Au premier plan, quelques voitures de l'époque, et le poste de l'agent de circulation, parfois appelé "tourelle".

Voir l'image en grand

> Un "contrôle technique" de... 1877

Ceci est un certificat de conformité d'une voiture de cocher, établi par... un forgeron, bien sûr ! Tout y est : écartement des essieux, machine à enrayer, lanternes à réflecteurs...  Voir l'image en grand

 


 

> Une visite de la ville dans les années 80' ? Bouclez votre ceinture... en route !

Si cette vidéo ne s'affiche pas, vous pouvez la visionner en cliquant ici.

> Une question de généalogie en... 1874

Cette lettre a été envoyée d'Orbe, en Suisse, par un certain Jean Pollens, cordonnier de son état, qui souhaitait clarifier une question sur des origines possiblement chambériennes. L'histoire ne dit pas si Mr Pollens a pu obtenir ses réponses, mais à ce jour, nous n'avons trouvé aucune mention de ce nom à Chambéry. (cote : 2D13)

Voir l'image en grand

 


> Essai d'engins de déneigement en 1959

(cote : 2L97)

Voir l'image en grand Voir l'image en grand

 


> Des épingles du XVIIIe siècle... pas ordinaires

D'habitude, les épingles sont, avec les agrafes, les trombones et tous les éléments d'attache métalliques, les ennemis jurés des archives. Avec le temps, elles s'oxydent fréquemment, fragilisent les documents et laissent des marques indélébiles. Elle sont donc enlevées systématiquement. Mais ces épingles sont particulières : elles ont été retrouvées sur des documents du XVIIIe siècle. En observant de près, on aperçoit une tête enroulée, réalisée avec du fil métallique avant d'être martelées, par un artisan spécialisé, l'épinglier. Ce type d'épingle, dite à tête enroulée, disparaît au début du XIXe siècle avec la fabrication industrielle (cliquez sur l'image pour agrandir).

Voir l'image en grand

>  Timbre à sec, ou cachet - 1793

Ce cachet sur papier, en relief, est apposé sur un document émis par le conseil d'administration d'un bataillon du Mont-Blanc, formé en 1793. Il est apposé sur un carré de papier, collé à la cire sur le document ainsi authentifié. On peut observer des emblèmes du sceau de l'état révolutionnaire : le faisceau de licteur (l'union), le bonnet phrygien (la liberté) ainsi qu'un canon et des drapeaux. (Fond non communicable).

Voir l'image en grand



> Le déplacement de la rotonde de l'imprimerie

Dans l'actuel square Robert Marcon, la rotonde de l'imprimerie abrite aujourd'hui une fontaine. Elle était auparavant à quelques dizaines de mètres. Voici la vidéo de ce déplacement spectaculaire.

Si cette vidéo ne s'affiche pas, vous pouvez la visionner en cliquant ici.

 


Ecoles et établissements scolaires en construction

L'album complet est disponible sur notre page Facebook.

Voir l'album