> > Le téléfilm sur la vie de Grégory Lemarchal est tourné à Chambéry

Le téléfilm sur la vie de Grégory Lemarchal est tourné à Chambéry

16/01/2020

Culture

Le bassin Chambérien a été choisi pour servir de décors au téléfilm tourné par TF1 sur la vie de Grégory Lemarchal.

Le Château de Buisson Rond sert de décor à la Star Académy en lieu et place du château de Dammarie-les-Lys en Seine-et-Marne. Dans le théâtre Charles Dullin, le concert à l’Olympia est tourné. Une maison à La Ravoire sert de décors à la maison familiale. Le Centre de Congrès Le Manège, l’Espace Malraux, la Dynamo, la gare, l’hôpital et le parc d’activités de Côte Rousse servent aussi de lieu de logistique ou de tournage.

Cette fin d’après-midi de mi-janvier, tout le monde s’affaire devant le château de Boigne. Réalisateur, producteurs, maquilleurs, équipes techniques, etc. s’activent pour le tournage du téléfilm sur la vie de Grégory Lemarchal, ce jeune homme, chambérien d’origine et vainqueur de la Star Académy en 2004, est décédé de la muscoviscidose en 2007.

Rencontres.

Laurent Tuel, réalisateur

Pourquoi participer à ce projet ?

Sébastien Charbit, le producteur est à l’origine du projet. Cela m’a tout de suite intéressé. Cela raconte une histoire de la France. On suit le parcours de toute une vie, d’une vingtaine d’années sur 2 h. C’est un véritable challenge de raconter la vie de famille de la famille Lemarchal.

Mon approche a été de prendre le point de vue des parents : Nous sommes parents, nous sommes un couple et nous avons un enfant malade. Comment gère t on cela ? Comment réagit-on ? C’est une question fondamentale. C’est de cela que j’avais envie de parler.

Le projet est de raconter l’histoire d’une famille qui a en son sein une personne affectée par la muscoviscidose.

J’ai été très ému à la lecture du scénario et par la qualité de l’écriture. Je ne souhaitais pas passer à côté de ce projet la. Mon objectif est de restituer cette émotion à l’écran.

Comment avez-vous travaillé avec la famille Lemarchal ?

Grégory Lemarchal, on y touche avec toute la délicatesse qui faisait partie du personnage et de cette famille. On a rencontré, au cours de la préparation, évidemment les parents, la famille, Pierre, Laurence et leur fille Leslie. Ce qui était intéressant de raconter c’est de voir comment les parents accompagnent et comment ils ont fait quelque chose de cette épreuve. C’est le projet de notre film. C’est de montrer que malgré cette horreur qui leur tombe dessus, tout le monde est concerné dans ce petit cercle très aimant, c’est qu’est- ce qu’on en fait ? Eux, ils ont choisi de créer une association. Nous avions une responsabilité autour de cela. Ils ont une approche sur la mucoviscidose, leur approche et leur fondation Grégory Lemarchal est aussi une forme de combat. Nous nous sommes faits beaucoup conseillés par Pierre sur les gestes techniques, afin de ne pas mentir. Nous avions un souci de véracité important, pas sur l’aspect fictionnel mais sur l’aspect technique de ce qu’avait vécu Grégory.

Sur l’aspect fictionnel, ils nous ont laissé faire des adaptations, faire des raccourcis, avec le temps, des ponts, des choses comme cela. Sur l’aspect fictionnel, nous avons pu adapter l’histoire pour raconter sa vie en 2 h.

Sur l’aspect technique de la maladie, nous sommes le plus réaliste possible. Nous étions main dans la main avec la famille et les associations pour qu’il y ait une véracité et ne pas raconter n’importe quoi. C’était important pour nous.

Que pensez-vous des lieux de tournage ?

Nous sommes au 8ème jour de tournage sur 21 jours de tournage. Nous prévoyons de tourner 21 jours pour monter 2 h de film

Sur les 21 jours de tournage, il y a 20 jours en province et une seule journée à Paris.

La Ville de Chambéry a été très accueillante et très facilitante pour le tournage.

Nous tournons 5 jours au château de Boigne.

Par exemple, pour le tournage du concert de l’Olympia, si les extérieurs ont été tournés à Paris, les scènes intérieures ont quant à elle été tournées au théâtre Charles Dullin.

Je connais la Savoie. C’est appréciable de tourner en région. Je me suis baladé au col du Granier et dans le massif des Bauges. J’aime bien tourner dans la nature.

Sébastien Charbit

Co producteur du film avec Mathieu Vergne

Comment avez-vous travaillé sur ce projet ?

Avec Mathieu Vergne, qui est co producteur sur ce projet, je lui en avais parlé il y a déjà 5 ans, en lui disant, c’est une jolie histoire, il y a quelque chose à raconter sur le parcours de Grégory car il y a quelque chose d’inspirant dans ce qu’il a réussi à faire et dans le fait que sa famille l’a accompagné dans ce qu’il voulait faire. On a rencontré les parents il y a plusieurs années, qui, à l’époque ne se sentaient pas prêts. On a gardé ce contact là et donc il y a un an et demi, on s’est revus et ils nous ont dit qu’ils se sentaient davantage prêts. On s’est lancé là-dedans. On a écrit et l’idée de tourner à Chambéry allait de pair avec cette idée d’associer les parents à cette histoire pour ne pas trahir. On ne voulait pas faire ce qui nous arrangeait. On voulait faire quelque chose qui était proche de la vérité, même si quelques libertés sont prises.

Pourquoi choisir de tourner à Chambéry ?

En associant les parents, assez vite, nous nous sommes dits, c’est bien d’être ancrés à Chambéry. Le siège de l’association elle-même est à Chambéry. Cela nous semblait important de raconter cette histoire-là, ici. Nous sommes partis en repérage, nous avons trouvé ce château qui nous semblait une base très intéressante pour travailler. Il a été aménagé pour y retrouver l’identité du château de la Star Ac. On a retrouvé la maison familiale un peu dans les montagnes. Nous n’avons pas tourné dans la vraie maison mais dans quelque chose qui est assez proche. Et puis, de fil en aiguille, on a trouvé tous les sous décors, ce qui nous permettait d’avoir un ancrage plus important pour nous. C’est une histoire sincère et avec la sincérité va l’ancrage en région.

Mickaël Lumière

Acteur principal, joue Grégory Lemarchal

Qu’est-ce que cela vous apporte d’incarner Grégory Lemarchal ?

C’est très émouvant. C’est hyper intéressant. Je suis hyper content. C’est le rôle le plus beau que j’ai eu jusqu’à maintenant et cela va l’être encore longtemps. C’est tellement complet et riche.

Il y a le chanteur qu’on connait. On savait tous qu’il était malade, qu’il était atteint de la mucoviscidose. Je ne savais pas à quel point cela pouvait nécessiter des soins lourds au quotidien, à quel point la vie tourne autour de cette maladie, très rapidement en raison du temps que cela demande. Et donc, c’est ça qu’on va raconter : comment réussir à réaliser son rêve malgré une contrainte qui est telle. Je trouve cela très intéressant, sa combativité, sa passion pour la chanson, l’amour qu’avait sa famille pour lui et ses proches. C’est cela qu’on va raconter.

Que pensez-vous de Chambéry ?

Je ne connaissais pas du tout Chambéry. C’est super joli. C’est cool. Il fait un peu froid j’avoue. C’est très beau. On tourne la plupart du temps en extérieur. Nous tournons aussi dans une maison avec les montagnes autour, c’est magnifique.

Newsletter

Pour être informé chaque mois de tout ce qu'il se passe à Chambéry