> > Forum de la jeunesse : 150 jeunes Chambériens proposent leurs idées innovantes pour la future politique jeunesse

Forum de la jeunesse : 150 jeunes Chambériens proposent leurs idées innovantes pour la future politique jeunesse

15/06/2018

Démocratie participative Enfance, Jeunesse

Le 15 juin, 150 jeunes Chambériens entre 11 et 25 ans, entourés d’élus et de professionnels, se sont réunis pour poser une nouvelle pierre à la future politique jeunesse de leur ville. « Nous sommes là pour répondre à vos questions pour les 4 à 5 ans à venir », a annoncé Michel Dantin, maire de Chambéry, à cette occasion. « C’est un exercice difficile car nous, élus, allons devoir nous taire et écouter, nous avons le devoir de mettre en oeuvre les engagements que nous prendrons à la fin de cette journée ».

Cette concertation est la conjonction de deux démarches : la ville allant prochainement recontractualiser avec l’ensemble de ses partenaire financiers, il était nécessaire d’avoir une réflexion globale, y compris dans la façon d’intégrer les jeunes dans la politique de la ville. Ensuite, la ville souhaitait donner la parole à tous ses jeunes. « Certaines de leurs volontés vont voir le jour rapidement comme l’extension des horaires de bus la nuit, d’autres devant attendre l’automne au moment du vote du budget 2019, mais il nous faudra prendre des engagements qui s’inscriront dans le nouveau contrat jeunesse de la ville », détaille Michel Dantin.

Des attentes très fortes partagées par les jeunes et les professionnels de la jeunesse, très impliqués dans la démarche : « Nous avons beaucoup travaillé avec les jeunes sur cette journée, nous en attendons beaucoup », expose Tom, animateur au centre social de l’AQCV.

Une prise de parole attendue par les jeunes

Pendant cette journée marathon, six thématiques ont été abordées dans le cadre d’ateliers animés par la Fédération des Oeuvres Laïques de Savoie. Pour les jeunes, cette prise de parole était attendue. « C’est important car nous sommes jeunes et nous allons vivre encore quelques années et si on peut exposer nos idées, si le maire et les élus peuvent les entendre, cela peut aboutir à ce que l’on voulait », expose François, 13 ans, en 4e au Collège de Bissy. Ce que veulent les jeunes Chambériens ? Des loisirs d’abord, comme le parkour park qui fait l’unanimité. La scolarité et l’orientation préoccupent également beaucoup les 11-25 ans. « Nous avons pensé à organiser des temps d’information avec des professionnels qui viennent expliquer leurs parcours pour nous permettre de mieux choisir notre orientation », poursuit Paulin, son camarade de classe.

L’air de la Savoie mène au savoir

Des propositions exposées dès la fin de l’après-midi-midi devant la dizaine d’élus concernés par les thématiques abordées : implication dans la programmation culturelle et événementielle, système de vélos en libre service, amélioration des pistes cyclables - les jeunes sont 25 % à se déplacer en vélo, petit train touristique étendu à d’autres quartiers de Chambéry, funiculaire pour relier les villes de l’agglomération, développement du principe de bourse universelle, organisation d’une journée de nettoyage collective de la ville, accompagnement à la parentalité, création d’un tiers lieu géré par les jeunes, café métiers, référendum citoyen via les réseaux sociaux, label qui valorise les entreprises ouvertes à l’embauche de jeunes… accompagnés parfois de slogans dédiés comme « Avec la culture, on a tous un futur » !

Des propositions d’actions auxquelles ont répondu tour à tour et avec pragmatisme les élus présents. Certaines actions sont déjà envisagées, d’autres doivent faire l’objet d’une réflexion plus poussée mais tout ont salué les propositions pertinentes des jeunes présents.

Un aboutissement qui n’est que le commencement d’une autre histoire, à construire entre la ville et ses jeunes citoyens engagés. « C’est une première étape. C’est vraiment nouveau et c’est une volonté de remettre nos pratiques à plat », ajoute Samuel Caillault, Directeur du service jeunesse de la ville. « L’air de la Savoie mène au savoir », slamme quant à lui Franck Rim’ek, venue conclure la journée.